Contexte

La déconnexion apparait aujourd’hui comme un enjeu majeur pour garantir la qualité de vie des collaborateurs et prévenir l’apparition de risques psychosociaux tels que le burnout. Face à ce constat, la tentation est souvent forte de porter l’entiéreté de la responsabilité sur la direction et sur l’organisation. Pourtant, les connaissances en sciences cognitives nous permettent d’éclairer d’autres facettes de cette problématiques, et de proposer des solutions intégrant certains mécanismes comportementaux.

Le rôle de COG’X

Afin de créer les conditions nécessaires à la mise en application du droit à la déconnexion chez un leader de l’assurance, un groupe de travail réunissant la direction et les partenaires a été créé. Son objectif était de proposer des solutions concrètes. Afin d’accompagner ces réflexions, Cog’X, en partenariat avec le cabinet Dsides Mutations, a animé le groupe de travail durant deux réunions, présentant des clés de lecture inédites en direction de l’application du droit à la déconnexion.

Méthode

Veille scientifique

Animation des négociations

Note de synthèse

Équipe – Nous contacter

Gaetan de Lavilleon

Docteur en neurosciences

Enseignements

Sous le prisme des neurosciences et de l’impact des pratiques de connexion en terme de charge cognitive générée chez les salariés, le groupe a ainsi eu l’occasion d’échanger autour des différents facteurs de charge cognitive au travail. Ce travail a permis de faciliter et d’objectiver le débat, mais aussi d’afficher le caractère multi-factoriel des problématiques d’hyper-connexion.
Ainsi conscients de mécanismes individuels, collectifs et organisationnels, le groupe de travail a ainsi pu proposer à la direction différentes solutions, allant de la sensibilisation des salariés jusqu’à la mise en place d’expérimentations sur le terrain, accompagnées d’une phase de diagnostic des besoins de chaque population présente au sein du groupe.

Notre partenaire